Ne trahissez pas votre promesse.
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Karmine/ morte phosphurisée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Karmine
Comité du peuple pour le sauvetage de la SPA
avatar

Féminin Nombre de messages : 167
Localisation : là où on ne peux s\'envoller
Emploi/loisirs : fauconnière
Humeur : en mode souvenir
Date d'inscription : 05/07/2008

Schéma anatomique
Age: 23

MessageSujet: Karmine/ morte phosphurisée   Sam 5 Juil - 17:49

surnom : Karmine

d'ou vient il?:

Karmine, carmine, carmin, rouge. Le chemin n'est pas dur à prendre... J'étais brune, avant. Banale. Je trouvais ça trop terne. Et puis un soir les flammes ont dansé à la sortie de la ville, pour le soleil couchant. Des nuances brulantes d'or et de sang qui me faisait rêver.
Et puis les blessés, saignants. Même les pompiers sont en rouge. C'est stupide d'ailleurs, pourquoi sont ils de la couleur de ce qu'ils combattent? Ils veulent qu'on les confonde avec un brasier, ou quoi?
Alors je les aient teints. Mes cheveux. Aussi rouge que les flammes. Enfin c'est ce que je voulais, mais ils n'ont pas été très coopératifs. On obtient jamais exactement ce que l'on veut de toute façon.
Pour le K... c'est mon secret


Age: 23 ans même si j'en parais moins

profession: fauconnière dans un zoo

bagage: un sac en bandouillère de cuir brun qui a vécu, griffé à un endroit par les serres d'un volatile qu'on ne nommera pas, parce que ça sert à rien.
Aucun signe distinctif sur le sac ou la bandouillère, il est fonctionnel avant tout.

contenu:
Il contient le kit de survie en milieu hostile, à savoir 2 pantalons bien solide 100% résistants aux attaques de bestioles, une poignée de top blancs noirs et marrons, et un vert kaki, histoire de varier les couleurs. Une petite robe noire et courte que je n'avais jamais osé mettre se cache entre 2 pantalons. Je passerai sur la lingerie qui va avec, mais y en a, on va pas commencer à jouer les exhibitionnistes aux heures nocturnes quand on sait pas où on va.
Un couteau suisse vieux comme le monde, très important pour détacher les animaux coincés dans des pièges à con, pardon d'humains.
Ce gant de fauconnier, aussi duquel je ne peux pas me séparer, et le cache pour les yeux avant de le laisser s'envoler. Beaucoup de souvenirs là dedans...
Livre musique, tout ça ça sert à rien.
bijoux, maquillage idem. Pour une fois être totalement soit même, ça pourrait être bien non?
un peigne et quelques élastiques, parce que les cheveux c'est beau, mais quand y a du vent c'est lourd.
Une loupe aussi, j'ai même failli l'oublier!
Non c'est pas pour jouer à sherlock holmes mais il faut parfois penser à ce qui est plus petit que nous, au lieu de rêver d'atteindre ce qui nous dépasse. Si c'est pas clair c'est pas grave. C'est ma loupe et je la prêterai pas de toute façon.
Un truc pour cacher les yeux comme dans les avions. Une sorte de bandeaux mais en soie ou quelque chose comme ça. J'y suis pour rien je dors mal quand il fait pas complètement nuit.
Enfin une minuscule peluche en forme de mouton blanc toute douce. Je suis pas fétichiste, mais elle a une si jolie histoire cette peluche...
Pas grand chose qui compte, mais tout est là.

Physionomie: rousse foncée, ça déjà c'était clair.Les cheveux longs, le visage étrangement doux et jeune. Le sourire est rare, non pas par frigidité, mais par désintéret de ce qui se dit autour.
Les yeux verts sont changeant, pétillant à la lumière, et savent se fixer sur quelque chose, ou quelqu'un, et ne plus le lacher. La compagnie des faucon en est peut être pour quelque chose.
Ni trop grande, ni trop petite, ni trop maigre, ni trop grosse. Banale quoi. A force de porter une ceinture très serrée à la taille, le corps en a pris le plis, et cela semble plus mince que ça ne devrait à cet endroit. Je porte toujours des hautes bottes de cuir, un pantalon dans les tons marrons, une veste de cuir également sur l'un de mes sempiternel caraco, blanc celui-ci.

Caractère: Plutot taciturne c'est pas faute de vouloir faire la conversation aux gens. Mais certains sont, comment dire... Si superficiels... Ils ricanent beaucoup et font des danses bizarres teintées de mensonges, alors quand ils se lancent, moi je me déconnecte.
Surtout ne pas me faire boire! J'ai l'alcool joyeux, mais un peu trop. Et je ne me rappelle jamais ce qui s'est passé. Une fois je me souvient d'une soirée,ça allait bien jusqu'à ce que je m'amuse a piétiner un gars sur le comptoir avec des talons aiguilles en chantant "a la clair fontaine". Puis il a bougé et je me suis cognée contre le comptoir. ça a fait une sacrée bosse. ou alors c'était un rêve. Enfin quoi qu'il en soit, merci mais les cuites, non merci.
Un peu maniaque sur les bords, mais pour des choses totalement superficielles, genre ranger les chaussettes par ordre de couleur, ou veiller à ce qu'il y a bien la bonne quantité de fourrage dans l'une des cages des animaux, au gramme près. C'est comme ça, on se refait pas.
Sinon je déteste me retrouver enfermée quand je ne l'ai pas décidé. Dis comme ça ça peut étonner. Mais c'est déjà arrivé, alors je précise. Il parait que c'est lié au fait que je suis bornée selon mon frêre. Mais je suis sceptique.


Ce que vous fuyez avec tant d'ardeur: Cette part de moi-même qui se laisse mettre en cage jour après jour sans oser en sortir.

quel mot avez vous laissé avant de tout quitter:
"Ne pas oublier pour Daly: 2 doses 8h, une 16h." noté sur le grand tableau blanc dans le bureau du directeur du zoo, pour l'équipe. Ils seraient capable de passer à côté et de laisser mourir cet oiseau malade, les idiots.

portrait familial: mon oncle, vétérinaire qui m'a donné le gout du langage des animaux, habite dans la même ville. Je le voyais souvent avant. Il a donné toute sa vie pour les autres, et n'en a rien obtenu d'autre qu'un air de tristesse au fond des yeux, et de l'amertume. Je me demande si il trouvera bizarre mon départ.

Les parents: Légèrement alcoolique comme n'importe quel couple qui ne se respecte pas, ils sont morts il y a 6 ans, dans un accident de voiture.L'ironie du sort voulu qu'ils percutent un camion de livraison de pastis, leur boisson préférée à l'heure de l'apéro, et ça tombe bien ils venaient d'en prendre un. Pour plaisanter je leur ai déposé un sachet d'olives noires a la place d'un bouquet de fleur. Le curé était vert d'indignation. Mais j'ai bien ri. Mon frangin aussi., . Tob, lui a 19 ans, et après le décès des parents, il est parti chez un lointain cousin qu'il avait, de son coté paternel, puisque nous n'avions en commun qu'une partie des chromosomes. Il hante les plages et s'éclate beaucoup dans ces rares lettres que je reçois de lui.

Portrait que votre famille ferait de vous:
mes parents auraient dit que j'étais une glandeuse rêveuse inutile et désagréable. Ce n'était pas l'humilité qui les étouffaient.
Mon frêre, une chiante, trop timorée pour se lancer dans quoi que ce soit; Une coincée. Sans doute aurait il eu raison. Je n'ose pas. Je me satisfait de ce que j'ai.

Mon oncle. Il aurait ce sourire imperceptible et les yeux lointains et murmurerait que pousser un oiseau du nid c'est bien, mais qu'il n'avait pas envie de me voir écrasée sur le sol. il me jugerait têtue comme un âne qui se moquerait autant du bâton que de la carotte
Après tout, tu as le temps d'ouvrir les yeux et de cogner les murs, me dit il souvent. ça doit être lui qui me connait le mieux.

Manie(s), tic(s), maladie(s), phobie(s), obsession(s), antécédent(s):
manie de l'ordre pas ordinaire, comme ranger les boites de conserve par ordre alphabétique et les stylos par dégradés de couleur. J'ai une sorte de claustrophobie depuis la petite enfance. Après ça j'ai eu quelques petites séjours en psychatrie mais rien de grave, hein...

Quel genre d'écrivain vous êtes?
écrivaine souffrant de l'angoisse de la page blanche, les mots me semblent parfois trop vide pour couvrir tout ce que je voudrais dire. Si seulement l'accouchement était plus simple?
Mais peut être que ce ne sont pas les mots, juste mes idées qui ne veulent pas sortir. Alors j'attend de croiser ce que je cherche vraiment. Mais peut on trouver ce qu'on ne fait qu'attendre fixement?

Quel chef-d'œuvre comptez-vous écrire:
Je ne le sais pas encore, quelque soit sa forme il sera torturé, je le sais. Un poème ou un conte, probablement. Quelque chose qui sortira de mes tripes et couvrira ses pages blanches qui me hantent tant.

Quel est votre voeu le plus cher: voir mon voisin de pallier se faire dévorer par les lions. Vous n'imaginez pas à quel point il est cruel avec son petit chien.

Vers quoi ou vers qui s'oriente votre désir de vengeance:
Pour vouloir se venger, il faut d'abord avoir été brimé. Je ne l'ai pas été récemment, et je n'ai plus eu à le faire depuis ce charlot qui me tirait les cheveux dans la cour de l'école. Briser une ardoise sur la tête d'une teigne ça calme.

Avez-vous un casier judiciaire: tout le monde en a un il parait. Dans le mien il doit y avoir quelques contraventions, et un procès verbal pour désordre sur la voie publique. J'avais emmené faire une balade à un de mes oiseaux et un pneu qui a crevé pas loin l'a effrayé, le faisant s'envoler et Abimer un peu le bras d'un contractuel qui passait par là.


Orientation politique:

Je ne me suis jamais posé la question. Ils mentent tous de toute façon.

Orientation sexuelle: hétérosexuelle. Et c'est pas parce qu'on travail avec des animaux qu'on a des pratiques louches, je vous arrête tout de suite.

Quel est votre plat préféré: du poisson avec du riz. Peu importe le poisson d'ailleurs. C'est comme ça, je pourrais en manger tous les jours.

Celui que vous détestez:
l'agneau. Pauvre petit mouton...

Quelles sont les raisons qui vous ont fait écrire ou vous feront écrire: l'écriture est un instant magique, ou tout est possible à partir de presque rien, tant qu'on est prèt à donner de soi-même. Il n'y a pas de vis à vis, pas forcément de compte à rendre, et cela permet de se comprendre.

Croyez-vous en votre inconscient: Je n'ai pas tellement conscience de lui, mais lui a grandement conscience de moi.

Qui est votre idole: Je n'aime pas la notion d'idole. Je n'idolatre personne; il manquerait plus que je consacre un autel à la gloire de machin ou de truc. Mais j'ai beaucoup de fascination pour Choderlos de Laclos, qui a su, à son époque, développer un style d'écriture que j'admire.

De quoi avez-vous peur de manquer pendant ces trois mois: mes faucons. Ils ne sont pas mes amis, ils peuvent vivre sans moi. Mais je ne sais, après ces années, si je peux réellement vivre sans eux.

Ce qui vous excite: Puisque je vous dit que quand j'ai bu je ne me souviens de rien ensuite!

Quel rêve faites vous le plus souvent: Je vole au côté de mes oiseaux. Banal hein? Ba c'est comme ça.

Quel cauchemar: Il pleut. La cage est détrempée et il y a de la boue. Un loup est entré dans la fauconnerie. Il les a tous tués. Je suis là, assise, immobile. L'eau charrie du sang jusqu'à mes pieds. Puis la pluie se transforme elle même en goutte carmines...
Lorsqu'il n'y a plus d'oiseau, le loup me fixe. Tant que je ne bouge pas, il ne bronche pas non plus. Mais lorsqu'il sent que je tente de m'envoler, et que mes genoux aspirés par le sol me retiennent à terre, il me saute à la gorge. C'est à ce moment, en général que je me réveille.


Racontez moi enfin comment vous m'avez séduit dans l'arrière-salle du café, l'histoire que vous m'avez raconté,
et qui fait que je vous ai choisis parmi tant de candidats:


Je me baladais, et lorsque j'ai vu le bristol, mon esprit n'a pas assuré et j'ai embrassé un poteau face à moi, tellement j'étais concentrée sur ces mots qui m'ont sauté à la tête.
J'ai lu l'annonce, et je suis partie. Le lendemain ça m'a travaillé. Alors j'ai testé un truc.
J'ai ouvert la cage de certains oiseaux. Toute la journée. Ils sont partis, envolés. Et puis le lendemain matin, je les ai retrouvé dans leur cage. J'ai cru que quelqu'un les avait attrapé dans un parc. Mais on me certifia avec amusement qu'ils étaient rentrés tout seuls, et qu'il faudrait chopper " le crétin fini qui avait laissé s'envoler des beautés pareilles"

Les cons.
Je suis restée abasourdie. On leur donnait l'opportunité de filer et ils rentraient. Probablement parce qu'ils avaient eu faim. Et qu'ils avaient oublié ce que c'est que d'être seul et autonome.
Les cons.

Et puis j'ai pris conscience que je faisais pareil. Même si ma cage a moi était plus grande.
Alors j'ai composé le numéro et je suis allée dans ce café, et j'ai dit que je voulais sortir de cette cage là. Etendre un peu plus loin les bras et voir si ça me permettrais enfin d'accoucher de ce machin qui ne voulait pas couler sur la page.
Je ne voulais pas continuer comme ces couillons de piafs.

Comment avez-vous connu Cachtíc?
J'ai fait un rêve. Y avait une femme, blonde, avec un faucon sur l'épaule et une rose noire dans la main, qui me montrait un endroit de fou et autres tarés. Elle m'invitait à y aller... Comme j'aimais bien la tapisserie, je suis venue.


J'accepte que mon personnage disparaisse au cours de l'aventure à quelque moment que ce soit si cela est nécessaire au déroulement de l'intrigue.(et meme bouffée par un loup, oui oui Very Happy)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
M. Whittier
Chef d'atelier
avatar

Masculin Nombre de messages : 1580
Humeur : Biblique
Date d'inscription : 20/04/2008

Schéma anatomique
Age: je parierais pour centenaire....

MessageSujet: Re: Karmine/ morte phosphurisée   Sam 5 Juil - 18:57

Des pompiers rouges, comme leur camion ? :p c'est pas l'image que j'avais des pompiers mais bon, tout est imaginable dans les grands brasiers, ça transforme souvent la perception des témoins.
Le feu.

Jolie Fauconnière vous êtes la bienvenue à bord.
Je n'ai guère de chose à ajouter si ce n'est que votre présence ici me fait le plus grand des plaisirs, parce que je n'espérais plus vous y voir.
L'émotion sans doute.

Comme quoi, parfois les chemins qui s'éloignent finissent par se recroiser, comme me l'avait prédit quelqu'un dans une vie antérieure auquel je tenais beaucoup. (je perle de la personne évidemment)
J'avais alors bien du mal à le croire en bon pessimiste-paranoïaque-dépressif-orgueilleux-colérique que je suis.

:p


Allez en route belle plante.
J'espère que tu trouveras ici de quoi faire ton nid.
Même si je doute qu'il soit douillet.



Fiche Validée

(
*_*) biz

allez file sur le trottoir de Grand Frère Sss

_________________
"parce que je suis toujours un garçon en pleine croissance" O_o'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cachtice.forumchti.com/portal.htm
M. Whittier
Chef d'atelier
avatar

Masculin Nombre de messages : 1580
Humeur : Biblique
Date d'inscription : 20/04/2008

Schéma anatomique
Age: je parierais pour centenaire....

MessageSujet: Re: Karmine/ morte phosphurisée   Jeu 7 Mai - 16:21

R.I.P














Autant dire que si ce cadavre est immangeable il aura au moins le mérite de ne pas puer et d'éviter toute prolifération parasitaire......

_________________
"parce que je suis toujours un garçon en pleine croissance" O_o'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cachtice.forumchti.com/portal.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Karmine/ morte phosphurisée   

Revenir en haut Aller en bas
 
Karmine/ morte phosphurisée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Isabelle Caro, ex-mannequin, anorexique, et morte
» Amy Winehouse est morte
» Oui, je suis morte. Mais ma résurrection est prévue la semaine prochaine.
» Ségo n'est pas morte!
» Une langue morte?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Čachtíc :: ----IN ---Ce que vous êtes enfin prêts à laisser derrière vous :: Le Charnier des traîtres, ou Caveaux des malchanceux...-
Sauter vers: